Le cyclisme japonais

Le dimanche 9 avril avait lieu Paris-Roubaix la neuvième épreuve cycliste du UCI World Tour 2011. Cette classique plus connue sous le nom « d’enfer du Nord » n’avait jamais connu de cycliste japonais jusqu’à cette édition. Je voudrais revenir à cette occasion sur l’histoire du cyclisme japonais : ses coureurs, ses compétitions…

Symbole olympique du cyclisme

Histoire du vélo au Japon

En japonais, le cyclisme est désigné par le terme saikuringu (サイクリング) qui vient du mot anglais « cycling ». Il englobe la notion de cyclisme dans son ensemble, à savoir le cyclisme occasionnel comme la compétition. L’histoire du vélo au Japon débute avec la création de la fameuse entreprise Shimano (シマノ) en 1921 qui fabrique alors des pignons roue libre. Les premiers vélos authentiques furent construits en 1935 au Japon. À partir des années 1950, le cyclisme est perçu comme un sport de campagne sain. Le vélo connu son premier boom en 1954 alors qu’il était utilisé pour transporter des marchandises. Dans la foulée, la JCA (Japan Cycling Association) ou nihon saikuringu kyôkai (日本サイクリング協会) fût créée par des volontaires qui se mirent à démocratiser le vélo. Shimano crée ses premiers dérailleurs en 1956. Il deviendra par la suite le leader mondial dans ce domaine. En 1964, l’année des Jeux-Olympiques de Tokyo, la JCA devient une fondation. En 1966, la demande en vélos explose se qui entraîne une hausse de la production. La même année a lieu le premier jour de l’éducation physique ou taiiku no hi (体育の日) durant lequel des wagons acceptant les vélos sont mis en circulation à Osaka. L’année suivante, la première piste cyclable est construite dans la préfecture de Kanagawa. Entre 1975 et la première moitié des années 1980, le vélo a connu un deuxième boom et s’est encore plus popularisé. De nombreux parkings à vélo parsèment maintenant les villes japonaises. C’est un moyen de transport beaucoup plus utilisé qu’en France, un peu comme aux Pays-Bas.

Compétitions cyclistes au Japon

Il faut bien avouer malgré tout que le cyclisme reste un sport bien européen même si certains coureurs outre Atlantique se sont démarqués ses dernières décennies : Greg Lemon, Lance Armstrong, Robbie McEwen… Seules quatre épreuves de l’UCI World Tour 2011 sont hors d’Europe : deux au Canada, une en Australie et une Chine. Aucune au Japon. Qu’en est-il des compétitions au pays du soleil levant ?

  • En mai : Tour du Japon créé en 1996 et qui fait partie de l’UCI Asia Tour en catégorie 2.2. Il a déjà été remporté une fois par un japonais et par un français. Cette compétition dure huit jours.
  • En mai : Tour de Kumano depuis 2008 dans la ville du même nom dans la préfecture de Mie.
  • En septembre : Tour d’Hokkaidô depuis 1987 sur l’île septentrionale du même nom.
  • Fin octobre : Japan Cup créée en 1992. Remportée une seule fois par un japonais.
  • En novembre : Tour d’Okinawa, dans l’archipel du même nom dans le sud du pays, était une course amateur entre 1989 et 1999 qui est devenue professionnelle.
  • Août 1990 : Championnats du monde de cyclisme sur piste à Maebashi, chef-lieu de la préfecture de Gunma. Une seule médaille pour le Japon (argent).
  • Septembre 1990 : Championnats du monde de cyclisme sur route à Utsunomiya dans la préfecture de Utsunomiya. Aucune médaille pour le Japon.

Et les cyclistes japonais ?

Comme dans tous les sports il y a des amateurs comme des professionnels dans le cyclisme. Au Japon, le sport populaire est plutôt le base-ball sans parler du football ou des arts martiaux. En 2009, deux coureurs japonais sont apparus au départ du Tour de France. Voici le profil de ces deux coureurs cyclistes japonais.

Fumiyuki Beppu au Tour de France 2009

L’un des deux derniers cyclistes japonais ayant participé à un Tour de France est Beppu Fumiyuki (別府史之) en 2009. Il est né en 1983 et fait actuellement partie de l’équipe Team Radioshack. Il a fini 112ème du Tour de France 2009 avec l’équipe Skil-Shimano issue de la fusion d’une équipe japonaise (Shimano Racing) et de l’équipe néerlandaise Bankgiroloterij. Il gagnera le prix de la combativité de la dernière étape de ce tour. Récemment, le dimanche 10 avril 2011, « Fumy » termine 71ème de la course. J’ai pu le voir à la sortie du secteur pavé numéro 10 de Mons-en-Pévèle. Vous pouvez suivre Beppu-san sur Twitter ! Palmarès de Beppu Fumiyuki.

Yukiya Arashino aux Quatre Jours de Dunkerque en 2009

L’autre coureur cycliste japonais ayant participé au Tour de France en 2009 est Arashiro Yukiya (新城幸也). Il était à l’époque dans l’équipe BBox Bouygues Telecom et a fini 129ème. Il finira 110ème au Tour 2010. Il est né en 1984 à Okinawa. Actuellement, il court dans l’équipe Europcar et n’a pas participé au Paris Roubaix 2011. En revanche, il a participé au Grand Prix de Denain le jeudi 14 avril 2011. Vous pouvez également suivre Arashiro-san sur Twitter ! Palmarès de Arashiro Yukiya.

D’autres coureurs cyclistes japonais ont participé à la grande boucle avant eux. Kawamuro Kisso est le premier d’entre eux. Il participa aux tours 1926 et 1927. Imanaka Daisuke participa à deux tours de France en 1995 et 1996 : il abandonna à la 14ème étape du premier et arriva hors-délai à la 14ème étape du deuxième.

Mise à jour du 3 juillet : Cette année parmi les 198 coureurs du peloton partis le 1er juillet de Vendée aucun n’est japonais 🙁

Où sont les femmes ? Il y a aussi des japonaises professionnelles cyclistes comme Osuga Sayuri qui a participé aux Jeux-Olympiques d’Athènes en 2004. Elle a participé au 500 mètres sur piste en cyclisme alors qu’elle concourait en patinage de vitesse lors d’autres Jeux-Olympiques.

4 thoughts on “Le cyclisme japonais”

    1. Bonsoir Christophe,

      Merci pour votre commentaire. Quand êtes-vous parti à Utsunomiya ? Vous pouvez raconter votre périple dans les commentaires si vous le souhaitez.

      François

Répondre à Vincent Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Important ! Pour commenter ou vous enregistrer, vous devez résoudre ce calcul simple.

13 [plus] 10 ?
Veuillez laisser ces deux champs tel quel :