Hanami ou les cerisiers en fleur au Japon

Le mois d’avril est synonyme de renouveau au Japon. Les étudiants commencent une nouvelle année. Les entreprises recrutent. C’est en parfaite harmonie avec le printemps et la nature qui renaît qu’une nouvelle période commence pour les japonais. Un peu plus d’un mois après la catastrophe du 11 mars le Japon tente de se reconstruire avec la nouvelle saison.

Cerisier en fleur

Avril ce n’est pas seulement le fameux poisson d’avril ou la célébration de l’anniversaire de Bouddha plus connu sous le nom de fête des fleurs. C’est également l’occasion de profiter de nombreux arbres qui fleurissent çà et là.

Qu’est-ce que le hanami ?

Cette coutume a lieu grosso-modo entre mars et mai selon où l’on se trouve au Japon ou dans l’hémisphère nord. Le terme ohanami (お花見) signifie « regarder les fleurs » avec un préfixe honorifique o (お) devant. Ce préfixe est plutôt utilisée par les femmes et peut-être enlevé. C’est donc simplement l’occasion d’apprécier les fleurs et célébrer l’arrivée du printemps comme il se doit. C’est une période conseillée pour partir en voyage au Japon au même titre que l’automne pour ses feuilles rougeoyantes. Malgré le danger nucléaire omniprésent au Japon, je pense qu’il faut savoir relativiser et pourquoi pas repousser un peu votre voyage mais ne pas l’annuler… Partir en voyage au Japon ne peut qu’être bénéfique pour le tourisme et aider l’économie nippone à ne pas s’écrouler.

L’origine de cette coutume remonterait à l’époque de Nara (710-794) durant laquelle les familles de nobles contemplait les fleurs. Le cerisier est associé étroitement au hanami depuis la période de Heian (794-1185). Petit à petit, la coutume se transmit aux samouraïs puis aux gens du peuple pendant l’ère Edo (1603-1868).

Cerisier en fleur dans une école française

Comment faire le hanami ?

Hanami est surtout populaire auprès des jeunes générations pour lesquelles c’est l’occasion de pique niquer et boire de l’alcool dans les parcs. De nombreuses familles et entreprises fréquentent également ces lieux. Voici en quelques étapes, la façon dont se déroule la contemplation des fleurs au Japon.

  1. Il faut bien sûr commencer par définir une date pour observer les fleurs. L’agence météorologique nippone détermine l’arrivée des premières fleurs ou kaika (開花) ainsi que la période de pleine floraison ou mankai (満開). Une ligne de floraison est également déterminée. Celle-ci part d’Okinawa et arrive à Hokkaidô. Actuellement, le 16 avril la front de floraison des sakura ou sakurazensen (桜前線) est dans le tôhoku, la région nord-est du Japon au dessus de Sendai.
  2. Une fois la date de hanami déterminée, il faut choisir un lieu pour donner rendez-vous à sa famille, ses amis ou ses collègues. En général, le week-end les lieux célèbres pour faire hanami sont pris d’assaut et il est nécessaire de réserver un emplacement : c’est le bashotori (場所取り) ou « réservation d’un endroit ». Il s’agit de trouver un endroit inoccupé dans un parc et d’y placer une bâche puis d’écrire le nom du groupe, par exemple le nom de l’entreprise. Une personne se charge ensuite de faire le guet en attendant ses camarades.
  3. La troisième étape est celle de la contemplation des fleurs à proprement parler. Les groupes se rassemblent sous les cerisiers et s’assoient sur des bâches et couvertures en formant un cercle. D’abord, les participants lèvent leur verre puis contemplent les cerisiers en discutant. C’est une coutume réputée pour être très alcoolisée. En général, le karaoke est interdit dans beaucoup d’endroits. De nombreux stands yatai (屋台) proposent de la nourriture (yakitori, takoyaki…) dans les parcs. Beaucoup de monde emporte des couvertures et des kairo (カイロ) pour se réchauffer car il peut encore faire frais en cette saison. Quand la nuit tombe, les cerisiers sont illuminés. C’est ce que l’on appelle la visite des cerisiers de nuit ou yozakura kenbutsu (夜桜見物). Cette année, en raison des économies d’électricité ces illuminations sont quasiment inexistantes.
  4. Enfin, il faut bien sûr nettoyer et ranger l’emplacement du hanami ! Il existe de grands containers à ordures aux entrées et sorties des parcs. La distinction entre les nombreux types de déchets est forte : bouteilles, cartons, canettes en verre, plastiques, magazines… Le Japon est réputé pour un recyclage strict appelé bunbetsu gomi (分別ゴミ). L’idéal est de ramener le maximum de chose chez soi pour éviter l’encombrement dans les lieux publics.

Prévision des floraisons de sakura 2011

Il faut savoir qu’il existe de nombreux types de cerisiers. Le mot sakura (桜) en japonais ne désigne pas le fruit de l’arbre mais bien l’arbre en question qui lui ne donne pas de cerises comestibles. La variété la plus fameuse auprès des japonais est le someiyoshino (染井吉野) qui est originaire de la région de Nara.

Les autres cerisiers assez répandus sont les yamazakura (山桜) et shidarezakura (枝垂れ桜). En France, le plus courant semble être celui de la deuxième photo qui illustre cet article, le yaezakura (八重桜) dont les fleurs doubles sont roses foncées. Vous pouvez profiter de très belles photos de cerisiers prises en roller par David Michaud ou de photos en gros plan prises par Muzachan.

Somei Yoshino

Somei Yoshino
Merci à Satsuki pour ces photos de Somei Yoshino.

Le sakura est très présent dans la culture populaire, notamment les manga et anime. Une chanson très célèbre du même nom que la fleur existe à ce sujet. Il s’agit de sakura sakura chantée d’ailleurs en fin de concert de charité pour le Japon le samedi 9 avril dans l’église de Marcq-en-Baroeul dans le Nord.

D’autres arbres peuvent également être contemplés pour hanami au Japon. En général, l’abricotier du Japon ume (梅) fleurit avant les cerisiers. Bien qu’ume signifie « prune » en japonais, cet arbre est plus apparenté à un abricotier. Après les cerisiers, c’est au tour du pêcher qui fleurit lui plus tardivement.

Où faire le hanami en France ?

Nous ne sommes pas habitués à cette coutume japonaise en France de profiter des fleurs et du printemps qui arrive. De nombreux cerisiers bordent les routes et les allées. De plus en plus, les cerisiers du Japon sont appréciés dans les jardins et cela est visible bien qu’éphémère. Il y en a également dans les cours de beaucoup d’écoles française.

Vous n’êtes pas sans savoir que je fais partie de l’école japonaise du Nord Pas-de-Calais à La Madeleine. Chaque année, nos professeurs nous proposent de faire hanami à la fin du cours. Cette année, nous sommes dans de nouveaux locaux derrière lesquels se trouve une école et des cerisiers. Mardi dernier, nous avons fait 45 minutes de hanami en buvant et discutant.

Hanami à l'école japonaise du Nord Pas-de-Calais

Dans la région Nord Pas-de-Calais, sur Lille ou en Belgique, je ne connais pas de lieu approprié pour faire un hanami digne de ce nom. Si vous connaissez un lieu intéressant dans le Nord ou ailleurs, merci de l’indiquer en commentaire ! Un site faisait la promotion du hanami en France sur une page (effacée depuis). Cette page recensait certains lieux pour faire hanami çà et là en France notamment en région parisienne. Pour les nordistes, le lieu le plus proche semble être les Jardins de Valloires à Argoules dans la Somme. Le courrier picard de samedi dernier a d’ailleurs écrit un article à propos de ce parc.

3 thoughts on “Hanami ou les cerisiers en fleur au Japon”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Important ! Pour commenter ou vous enregistrer, vous devez résoudre ce calcul simple.

6 [plus] 13 ?
Veuillez laisser ces deux champs tel quel :