Idée de souvenir au Japon n°1 : le shuinchô

Avant de partir en vacances il peut être intéressant de penser un peu aux souvenirs qu’il sera possible de ramener. Certes le souvenir inattendu peut faire l’objet d’un achat compulsif mais plutôt que d’évoquer les éternelles cartes postales et autres magnets j’aimerais donner quelques idées de souvenirs à ramener du Japon. Dans ce premier article, vous découvrirez une première idée de souvenir que je trouve très originale : le shuinchô (朱印帳).

Recto de mon shuinchô Verso de mon shuinchô

Qu’est-ce qu’un shuinchô ?

Si vous pensez aller au Japon pour visiter pas mal de temples bouddhistes et sanctuaires japonais ou que vous êtes friand de calligraphie, alors le souvenir suivant est sûrement fait pour vous. Il s’agit d’un carnet où les moines de chaque temple/sanctuaire peuvent calligraphier le nom du lieu ou/et une phrase au sens souvent obscur. Ils apposent également le sceau de l’endroit à l’encre rouge d’où le nom shuinchô (朱印帳) pour carnet (帳) à sceau (印) rouge (朱).

J’ai acheté le mien au premier sanctuaire que j’ai visité au Japon. Il s’agit du Tsurugaoka Hachiman-gû situé à Kamakura au sud de Tokyo. Je l’ai payé environ 1000 yens (soit environ 10 euros). Il coûte à peu près le même prix partout où il est en vente. Le moine a tracé le mot shuinchô (朱印帖) sur la couverture à l’endroit réservé à cet effet. Il a tracé le mot avec l’ancien kanji du mot « carnet » (帖).

La couverture de mon shuinchô représente le sanctuaire. Au verso apparaît un cavalier avec un arc jouant au Yabusame (流鏑馬), un ancien sport équestre japonais. Ce sport est parfois resuscité ça et là au Japon comme dans ce sanctuaire où il y a une piste pour y jouer. Pour celles et ceux qui s’en souviennent, l’épisode Ocarina of Time de la légende de Zelda propose d’ailleurs un mini-jeu très similaire dans la vallée des Gerudo.

Le moine appose en général plusieurs sceaux rouges shuin (朱印) avant de tracer avec applications les traits des signes qui représentent le nom du temple ou du sanctuaire. Des fois les sceaux sont apposés après le traçage. Chaque calligraphie coûte 300 yens (soit environ 3 euros), parfois 500 yens, ce qui en fait un souvenir peu cher même après une dizaine de temples/sanctuaires ! À l’origine il fallait recopier un soûtra en japonais pour obtenir le fameux sceau. Des temples le demandent encore. J’ai souvenir qu’un couple de Français rencontré dans le train à Miyajima m’avait raconté qu’ils avaient du recopier un texte en japonais au temple de la mousse Koke-dera de Kyoto, sûrement un soûtra ?

La pratique de la collecte de sceaux sur les temples, sanctuaires et lieux touristiques est très courante au Japon. Elle est appelée shûin (集印) en japonais. Les pèlerins qui parcourent les 88 temples de Shikoku ou les 33 temples du Saigoku (西国), l’ouest japonais, qui abritent chacun une statue du bouddha Amida en sont adeptes. Le shuin est plutôt réservé aux pèlerins à l’origine mais rien n’empêche les touristes classiques de s’en procurer un ! Je dirais même que les moines sont assez étonnés de voir arriver un étranger demander une calligraphie, qui plus est en japonais. Bref, ce carnet est une belle manière d’immortaliser chaque lieu sacré visité.

Les lieux que j’ai fait graver dans ce souvenir sympa

Voici la liste des temples et sanctuaires du Japon que j’ai visité et où j’ai pu faire tracer une calligraphie dans mon shuinchô. Il manque quelques endroits que j’ai visité mais où je n’ai soit pas pensé à demander le fameux sceau, soit tout simplement pas eu le temps de le faire ! Ce qui est bien c’est que certains moines ont marqué la date en japonais sur le côté de la page de la calligraphie. Par exemple Heisei Nijûnen Jûgatsu Jûichinichi (平成二十二年十月十一日) soit 11 octobre de la 22ème année de l’ère Heisei (1989 à nos jours). Parfois c’est également marqué sampai (参拝) sur le côté, ce qui signifie « visite au temple (ou au sanctuaire) ».

  • Tsurugaoka Hachiman-gû (鶴丘八幡宮) à Kamakura – 8 octobre 2010 – Sanctuaire.
  • Hase-dera (長谷寺) à Kamakura – 8 octobre – Temple.
  • Meiji-jingû (明治神宮) à Tokyo (+ carte postale offerte) – 10 octobre – Temple.
  • Futarasan Jinja Shinkyô (二荒山神社神橋) à Nikkô dans la campagne japonaise – 11 octobre – Pont sacré du sanctuaire.
  • Rinnô-ji (輪王寺) à Nikkô – 11 octobre – Temple.
  • Tôshô-gû (東照宮) à Nikkô – 11 octobre – Temple.
  • Futarasan Jinja (二荒山神社) à Nikkô – 11 octobre – Temple.
  • Kinkaku-ji (金閣寺) lors de ma première journée à Kyoto l’ancienne capitale impériale du Japon – 15 octobre – Temple.
  • Ryôan-ji (龍安寺) à Kyoto – 15 octobre – Temple.
  • Ginkaku-ji (銀閣寺) à Kyoto – 16 octobre – Temple. Journée à l’est de Kyoto.
  • Kiyomizu-dera (清水寺) à Kyoto – 16 octobre – Temple.
  • Oku-no-in (奥之院) au mont Kôya – 17 octobre – Cimetière bouddhiste.
  • Kongôbu-ji (金剛峯寺) au mont Kôya – 17 octobre – Temple.
  • Konpon Daitô (根本大塔) dans le complexe Danjôgaran (壇上伽藍) au mont Kôya – 17 octobre – Pagode.
  • Hôryû-ji (法隆寺) à Nara – 18 octobre – Temple considéré comme la construction en bois la plus ancienne du monde.
  • Eikandô Zenrin-ji (永観堂禅林寺) à Kyoto – 21 octobre – Temple zen où apparaît une statue du bouddha Amida Nyorai tournant la tête (c’est d’ailleurs marqué cela sur la calligraphie).
  • Fushimi Inari Taisha (伏見稲荷大社) à Kyoto – 21 octobre – Sanctuaire. Cette dernière calligraphie m’apparaît plus bâclée par rapport aux autres…

Shuin du pont sacré du sanctuaire Futarasan à Nikkô, le 11 octobre 2010.
Shuin du pont sacré du sanctuaire Futarasan à Nikkô, le 11 octobre 2010.

Shuin du temple Kiyomizu-dera à Kyoto, le 16 octobre 2010.
Shuin du temple Kiyomizu-dera à Kyoto, le 16 octobre 2010.

Plus d’images de shuinchô

20 réflexions au sujet de « Idée de souvenir au Japon n°1 : le shuinchô »

  1. Ah tiens, je savais pas qu’on pouvait faire ça dans tous les temples bouddhistes, je pensais que c’était une spécialité du pèlerinage de Shikoku.
    il va m’en falloir un deuxième alors. 🙂

  2. Salut,

    Je pars bientôt au Japon et je trouve cette idée très bonne. Je souhaitais juste savoir comment on faisait pour se faire « signer » son carnet. Y-a-t-il un endroit réservé dans le temple ou sanctuaire pour ça? Si oui, comment on le reconnait?

    Merci d’avance.

    PS : Super ton Blog !

    1. Bonjour Romain,

      Tu trouveras les stands de « calligraphie » près des entrées des temples et sanctuaires où attendent des moines. C’est facilement repérable tu ne peux pas les rater. Malheureusement, il me semble que je n’ai pas pris de photos de ces stands.

      Bon voyage et n’hésite pas à me recontacter dès ton retour, voire avant ton départ pour toutes autres questions !

      François

      PS : Merci pour ton commentaire de soutien. Comment as-tu connu le blog ?

  3. Bonjour,

    J’ai découvert votre blog par hasard en faisant des recherches préparatives pour mon voyage au Japon. Je suis vraiment très enthousiasmée par ce Shuinchô et souhaiterais en faire un lors de mes visites de temples.

    Malheureusement, malgré mes efforts, je n’arrive pas à apprendre le japonais… Je voudrais donc savoir si vous aviez une phrase type que je pourrais utiliser pour demander aux moines de signer mon futur shuinchô…

    Merci d’avance !!

    Catherine

    1. Bonsoir Catherine,

      Merci pour votre commentaire. Puis-je vous demander quel mot-clef vous avez tapé sur un moteur de recherche pour arriver sur mon blog ? Sur quelle page êtes-vous arrivée ?

      Effectivement, l’idée du shuinchô est un souvenir qui ne coûte pas cher mais qui a une valeur sentimentale inestimable à mes yeux. Je compte retourner au Japon pour un deuxième voyage au mois de mai (ça c’est décidé ces derniers jours) et reprendrai sans hésiter un nouveau carnet !

      Vous pouvez demander simplement en français ou en anglais en tendant le carnet, les moines calligraphes comprendront. Ceci dit vous pouvez dire la phrase suivante après avoir dit bonjour (こんにちは – konnichiwa) ou bonsoir (こんばんは – konbanwa) :

      shuin (à prononcer « chou-in ») onegai shimasu (朱印お願いします) qui signifie grosso-modo « merci d’apposer un tampon rouge » (le shuin qui va avec la calligraphie).

      À très bientôt ! N’hésitez pas à suivre le blog car je compte reprendre l’écriture jusqu’au voyage de mai et après ! N’hésitez pas également à le faire connaître autour de vous 🙂

      François

        1. Salut David !

          Oui enfin de retour après plus d’un an sans écriture. Finalement je pense que ce blog est avant tout destiné à raconter chaque voyage que je ferai au Japon.

          Je n’ai pas prévu de passer par Shikoku. Pour l’instant je n’ai qu’un programme très vague mais avec déjà quelques données. J’en ferai un article très prochainement pour l’annoncer ! Il est fort probablement qu’une grande partie du voyage se fasse soit à Kyûshû soit à Hokkaidô et une autre autour de Osaka : avec deux points d’ancrage donc.

          François

  4. Bonjour,

    Merci beaucoup pour votre réponse si rapide !! En effet, « onegai shimasu » est totalement adapté ! Je pensais devoir préparer une phrase bien compliquée et en fait, juste une pointe de politesse est suffisante 😉 (avec le « Shuin » devant, ca le fait encore mieux, mais je verrai en temps voulu ^^)

    J’ai découvert ce blog en tapant simplement « souvenirs japon » sur Google et suis tombée sur le post du Shuincho. J’avais déjà plein d’idées de cadeaux à faire ou à me faire, mais j’en voulais encore plein d’autres nouvelles – car il faut bien dire qu’on ne pense pas à tout et que ce voyage au Japon peut bien être le premier et dernier que je ferais… Et j’ai vraiment bien fait de me renseigner car le Shuincho va être un gros + dans ma collection de souvenirs !!

    Avez vous une idée du nombre de pages que contient un cahier Shuincho ? Et serait-ce une hérésie de réserver une page sur 2 aux sceaux et calligraphies et la page en face pour une photo du temple visité ?

    Merci beaucoup !

    Catherine

    1. Bonjour Catherine,

      Le t-shirt Hard Rock Café peut également faire office de souvenir original. Quels autres souvenirs avez-vous prévu de ramener ?

      Je pense qu’il est tout à fait possible d’alterner photo et sceau si vous le demandez au calligraphe ! Pour ma part le mien était rempli à 80 % à l’issue des trois semaines. La liste des temples et sanctuaires est dans l’article (presque 20 !).

      Bonne journée,
      François

  5. Bonjour,

    Je ne porte jamais de T-shirt ample et jamais non plus de T-shirt « publicitaire », je ne me servirais donc pas d’un T-shirt Hard rock café, même s’il vient du Japon (Et ca, ca veut dire beaucoup ^^… Quoique… en robe de nuit ca peut peut-etre le faire !!)… Mais éventuellement le rapporter à quelqu’un ca reste à envisager ;).

    J’ai la chance de partir avec une compagnie aérienne qui me permette de ramener 2 valises de 23kg :D, je vais donc pouvoir me faire vraiment plaisir !
    Ma liste est excessivement longue, mais pour résumer, mes achats personnels seront une large collection de porte bonheur des temples, de l’artisanat japonais (poterie à kyoto, carnets en washi, boite en laque si pas trop cher,…), un vrai kimono si j’en trouve un pas trop cher, des tabi, du papier pour origami (on peut en trouver partout mais j’en veux du japon ^^), des coupons de tissu japonais, des tenugui, de la nourriture,… un couteau de cuisine et du whisky pour mon compagnon, et puis je pensais à des petites babioles, purikura, porte clés, rements, magnets, trousses, kokeshi,… Et faire un tour dans des 100 yens shops ^^’
    Je souhaiterais également faire une scéance photo habillée en geisha comme on peut trouver ca à Kyoto. Une amie l’a fait et je trouvais cela vraiment super comme souvenir car on reçois une planche de plusieurs photos et un CD avec ces photos.

    Si vous avez d’autres idées je suis preneuse !

    Il doit donc y avoir environ 25 pages dans un shuinchô, j’alternerai sceaux et photos et pourrais donc en mettre une douzaine. Si ca se rempli trop vite, je peux éventuellement en faire un à Tokyo et un autre à Kyoto, Hiroshima et Miyajima 🙂

    En tout cas, merci beaucoup pour tous ces renseignements !

    Bonne journée,
    Catherine

    1. Bonjour Catherine,

      Bien compris pour vos préférences vestimentaires ! Mais cette idée de souvenir peut être tout à fait appropriée pour des proches (famille, ami-e-s ou collègues). Pour ma part, j’aime porter des t-shirts Hard Rock Café. C’est même devenu un peu comme une collection pour être honnête 🙂

      Superbes idées de souvenirs (liste très fournie !). Merci d’avoir alimenter les idées de souvenirs ! Comptez-vous envoyer une valise complète de souvenirs pendant que vous serez au Japon ou revenir avec deux valises ? J’imagine qu’il est difficile d’opter pour cette deuxième option en voyageant seul-e.

      Puis-je vous demander quelle compagnie vous permet de transporter deux fois 23 kilos ? Lors de mon premier voyage en octobre 2010 ANA me permettait de transporter 20 kilos (à 1 ou 2 kilo(s) près) à l’aller comme au retour.

      Enfin, quand et combien de temps pensez-vous partir au Japon ? Avez-vous déjà établi un itinéraire ? Réservé les logements et autres nécessités ?

      Excellent weekend !
      François

  6. Par contre si on fait les 88 temples ça revient à MINIMUM (si on compte 300 yens le tampon) à 200 euros, ça fait quand même cher le carné tamponné :/

  7. Par contre si on fait les 88 temples ça revient à MINIMUM (si on compte 300 yens le tampon) à 200 euros, ça fait quand même cher le carnet tamponné :/

    1. Bonsoir,

      Je ne connais personne qui a fait les 88 temples en un seul voyage. Il est donc possible d’étalonner ce coût. D’autre part 200 € c’est le prix d’autres choses au Japon (sumô, théâtres nô et kabuki entre autre) donc autrement dit c’est une question de choix.

      François

    2. Si on considère cela juste comme un souvenir de tourisme, ça fait cher.
      Mais pense bien qu’une personne faisant le pèlerinage dans son entier ne fait pas du « tourisme ».
      Quelles que soient les raisons pour lesquelles on fait le pèlerinage (religieuses, sportives ou autres) ce n’est pas un simple voyage, encore moins une visite, donc ce cahier est bien plus qu’un simple objet au final.

      Mais surtout, faire le pèlerinage de Shikoku en une seule fois et dans son entier (contrairement à François, je connais des gens qui l’ont fait) revient environ à 2000 € (essentiellement nourriture et logement, plus une ou deux paires de très bonnes chaussures), donc les 200€ du cahier, c’est limite accessoire : si on a le budget pour faire le pèlerinage, on peut certainement inclure 200€ de plus dans ce budget.

      Et finalement, comme toute autre chose dans ce pèlerinage, rien n’est obligatoire, donc personne n’est obligé à faire tamponner son cahier au passage des temples.

  8. bonjour
    Je crois que le koke dera est le seul à demander que l’on copie des sutra car dans les autres temples ou sanctuaires on ne le demande pas. Le temple des mousses a voulu sauvegarder son jardin et a donc introduit un droit d’entrée plus élevé en plus de la copie de sutra afin de limiter le nombre de visiteurs qui risquaient d’endommager les jardins de mousse.
    Je suis d’accord avec les commentaires précédents sur le fait que ce n’est pas le prix du suincho une fois complété qui compte c’est le fait que chaque calligraphie faite par un moine vous apporte une sorte de bénédiction donc le carnet une fois complété est précieux. De plus on apporte une aide financière à de très beaux lieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Important ! Pour commenter ou vous enregistrer, vous devez résoudre ce calcul simple.

7 [plus] 13 ?
Veuillez laisser ces deux champs tel quel :