Le gaikikoojin, un phénomène de foire ?

Aujourd’hui il y a eu une déferlante assez impressionnante de messages à destination des étrangers (sûrement français) passionnés d’un ou plusieurs sujets ayant trait au Japon. Ce phénomène gaikikoojin est bien sûr à prendre à la rigolade mais j’ai eu envie de réagir pour tenter de discerner en quoi la moquerie est assez paradoxale et combien il est difficile de juger la passion d’autrui pour un sujet.

Revenons d’abord sur le néologisme inventé pour l’occasion : #gaikikoojin. Il s’agit d’un hashtag composé du mot étranger en japonais – gaikokujin (外国人) – dans lequel s’est glissé le « mot » kikoo. L’expression kikoolol peut désigner une personne superficielle qui a du mal à écrire une phrase avec une majuscule au début et un point à la fin tout en faisant dix fautes par ligne. L’expression vue sur Twitter aujourd’hui ne deviendra sûrement pas un trending topic. Une catégorie gaikikoojin pourrait bientôt apparaître dans les sites de blagues entre celles sur les blondes et celles sur les ladas…

Difficile de dire quand le #gaikikoojinday a réellement commencé et par qui il a été lancé. Sûrement dans la soirée du jeudi 25. Les messages affluent surtout aujourd’hui, la journée en question.

Le gaikikoojin sur Twitter

Même si le mot est plutôt péjoratif et moqueur c’est plutôt bon enfant. Dans l’ensemble les tweets qui ont employés le mot ont tenté de décrire un aspect récurent du gaikikoojin. Les aspects décrits sont souvent des clichés :

  • Le gaikikoojin écrit son nom en katakana sur Facebook.
  • La nourriture principale du gaikikoojin est le sushi.
  • Le gaikikoojin met un cosplay pour aller à Harajuku.
  • Le réalisateur préféré du gaikikoojin est Takeshi Kitano.

Bref, le profil type du gaikikoojin est le jeune de 18 à 25 ans, sûrement de sexe masculin car le moe (萌) c’est pour les mecs, asocial et donc sûrement otaku, passionné (le mot est faible) par le Japon de par uniquement la culture populaire : les mangas, l’animation et les jeux-vidéo japonais. J’ai envie de dire pas de problème chacun fait ce qu’il veut et ces passions sont des passions légitimes. Là où cela semble poser problème à la communauté c’est quand le gaikikoojin est péremptoire et a des œillères comme semble le démontrer Gaël dans son article sur le complexe du gaijin. Ce serait par exemple une hérésie de manger à McDo en étant au Japon. Je l’ai fait deux trois fois par commodité lors de mon premier voyage en octobre dernier et j’y ai vu plein de japonais… (De toute façon c’est une hérésie tout court de manger dans ce genre de fastfood :p).

Le gaikikoojin sur Twitter

Vous avez vu j’ai mis mon Twitter en japonais, je suis gaikikoojin ? Non sérieusement c’est plutôt pour tenter d’apprendre le japonais par différents moyens et pas par une seule méthode rébarbative et lassante. Quand on me demande pourquoi j’apprends cette langue je ne réponds bien sûr pas que c’est pour comprendre les noms des techniques dans les shônen manga. Non c’est plutôt parce que c’est une jolie langue, que l’apprentissage est passionnant et que finalement ça pourrait me servir pour mieux communiquer en allant au Japon.

Chacun a découvert le Japon par un moyen ou par un autre et a fait sa première expérience du Japon. Je ne peux pas vraiment dire que j’ai découvert le Japon par les jeux-vidéo ou les mangas, en tous cas pas son histoire, ses paysages, ses coutumes, un peu de sa société ou ses fameuses « traditions ». Tiens d’ailleurs c’est quoi une tradition ? Quelque chose qui était en vogue il y a 10 ans c’est une tradition ? La fameuse opposition entre culture populaire et culture traditionnelle me fera toujours rire. Combien d’entre nous peuvent se pavoiser d’avoir « découvert » le Japon à travers l’ikebana ? 2 % ?

Tous ces blagues sur le gaikikoojin sont finalement caustiques et de bon aloi à la fois mais entre nous, à chacun sa vision du Japon, à chacun ses passions. Après tout c’est quoi ne pas être gaikikoojin ? Être complètement mièvre et sans sensibilité à aucun aspect de la culture japonaise quelle qu’elle soit ? J’espère ne pas avoir la grosse tête si un jour j’ai l’opportunité de vivre quelques mois/années au Japon. J’espère ne jamais voir non plus celles et ceux qui ne vivent pas au Japon comme de simples ignorants drogués au manga. À bon entendeur salut ! 😉

11 thoughts on “Le gaikikoojin, un phénomène de foire ?”

  1. En fait ce genre de trucs et néologisme vient de la tendance de « la masse » à toujours vouloir mettre des gens (en général : les autres que soi) dans des cases pour les stigmatiser/se moquer…Et quand il y a trop de gens dans une « case » (ici, les fans du Japon) on crée de nouvelles cases :o)

  2. Oui la masse est à la masse 😉 Je ne vois franchement pas où est l’intérêt d’un tel « débat ». Je crois que le problème soulevé par la communauté française de ceux qui ont un intérêt plus ou moins grand dans le Japon, c’est que certains des gaikikoojin font des raccourcis sur le Japon. L’autre problème pour moi c’est de faire un raccourci pour ces mêmes personnes en les réduisant à des fans de cosplay en gros.

  3. Comme tu le dis, les moqueries sur les gaikikoojin ne sont pas vraiment méchantes et finalement ce que les gaikikoojin font avec le Japon, les auteurs des tweets le font avec les gaikikoojin ^^
    Parce que les passions (animation, mangas…) de ces gaikikoojin ne sont pas plus mauvaises que d’autres et permettent aussi de découvrir quelques clés de compréhension de la culture japonaise, ou plutôt des cultures japonaises. Et rien n’empêche certaines personnes d’en rester là et de ne pas chercher à en connaître plus sur ces cultures. Le problème, comme il a été relevé dans le complexe du gaijin, (ou ici sur les nihonkikoojin, même concept mais en sens inverse 🙂 http://www.sonyan.fr/pays-des-sushi-volants/fleau/ ) c’est lorsque ces personnes réduisent une culture à ce qu’ils connaissent d’elle, ou à ses clichés, préjugés… ou à une vision dépassée en ignorant son évolution!!!

    Parce qu’une culture est tellement vaste et complexe. Elle n’est jamais statique, elle est en construction permanente. Elle se nourrit des autres cultures, elle influence et elle est influencée, elle s’approprie des parties d’autres cultures pour les faire sienne… Ouhla je m’arrête là avant d’être trop pompeux, ou c’est déjà trop tard ? 🙂

    1. Oui voilà ce ne sont que des moqueries pas bien méchantes. Surtout que dans le lot des moqueurs une bonne partie doit être fan de Naruto et manger des sushis toutes les semaines pour « faire japonais » !

      Je viens de découvrir l’article sur le penchant « kikoo » du Japonais passionné de la France. C’est vrai que quand je discute avec des Japonais qui apprécient la France, beaucoup de clichés ressortent : nourriture, art, vêtements, coutumes, habitudes… Comme si il fallait mettre le Français dans un moule idéalisé. Tu vas me dire bon nombre des Français qui apprécient le Japon ou qui ne l’apprécient pas d’ailleurs font de même : le « Japonais mange des sushis tous les jours, regarde le tournoi de sumô, lis des mangas dans le train pour aller au boulot et ne sait pas dire non ».

      1. >Surtout que dans le lot des moqueurs une bonne partie doit être fan de Naruto et >manger des sushis toutes les semaines pour « faire japonais » !

        lol
        Heureusement que j’aime beaucoup d’autres aspects du Japon, sinon j’aurai pu me sentir visé ! 😮

        1. Tu ne fais pas partie du lot des moqueurs je crois ! Le but de l’article ou des remarques n’est justement pas de mettre une poignée de personnes dans un paquet…

  4. Pour avoir vu les tweets passer c’était bon enfant et les auteurs disent eux memes se reconnaitre dans certaines description et meme qu’ils étaient a peu pres tous comme ca au debut !

    1. C’est précisément l’objet de l’article que de tenter de comprendre ce « trending topic » 😉 Dans l’ensemble il y avait bien une sorte de sarcasme général…

  5. Waw, je suis complètement passée à côté de cette journée du gaikikoojin… Et tant mieux! S’il y a une chose qui m’effraie davantage que les passionnés naïfs, ce sont les passionnés élitistes. Je ne vais pas aller critiquer les autres pour la façon dont ils en sont venus à s’intéresser au Japon, vu que j’ai moi-même découvert la littérature japonaise après avoir vu « Princesse Mononoke », hum m(_ _)m Je préfère encore voir une personne s’enthousiasmer pour des facettes un peu superficielles du Japon (avec un peu de chance, cela l’amènera à s’intéresser à d’autres aspects de la culture nippone) plutôt que des puristes qui s’acharnent à intimider les néophytes…

    Cela dit, d’après ce qui en ressort de vos commentaires, les blagues à base de « gaikikoojin » ont l’air plus humoristiques que méprisantes. Et chapeau à l’inventeur de ce néologisme, il est diablement efficace! Je pense troquer mon statut d’amatrice de « japoniaiseries » pour celui de gaikikoojin. Si c’est un mot dont s’affublent eux-mêmes les admirateurs béats du Japon, ça passe 🙂

    1. Tout à fait l’animation, les manga ou les jeux-vidéo japonais peuvent dans certains cas être une porte pour vouloir en savoir plus sur le Japon !

      Après l’important du point de vue d’un blogueur est probablement le partage et la manière de partager. Enfin pour ma part c’est l’une des raisons qui me donnent envie d’écrire : partager mes expériences, des astuces et articles en japonais (qui devraient arriver plus souvent dès septembre)…

      L’inventeur du concept et de la journée du gaikikoojin est @gregouze si j’ai bien compris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Important ! Pour commenter ou vous enregistrer, vous devez résoudre ce calcul simple.

6 [plus] 7 ?
Veuillez laisser ces deux champs tel quel :