9 octobre : Totoro sous la pluie

DoucheTempérature moyenne

Voici le récit d’une journée sous la pluie six semaines jour pour jour après. Parmi les six jours de mon séjour à Tokyo je fais quelques passages dans la banlieue et aussi la région du Kanto (関東) qui est la région de plaines qui entoure Tokyo. Aujourd’hui, je fais encore un saut en dehors de Tokyo quelques kilomètres à l’ouest de Shinjuku. La journée commencera par une visite du musée Ghibli puis j’irai vers Shibuya, Ebisu et Roppongi, des quartiers plus ou moins regroupés dans la même zone et réputés pour abriter pas mal d’étrangers et de fashion victims.

Totoro sous la pluie - (c) Ghibli Studios

Ce matin, le ciel est maussade et je me rends dans la proche banlieue à Mitaka (三鷹), une ville faisant partie de la métropole de Tokyo. Au départ, je voulais voir la maison qui a servi de modèle pour la maison dans Mon voisin Totoro, mais avec le temps moyen je décide d’aller directement à Mitaka. En fait je descends à la station juste avant à Kichijoji (吉祥寺) pour passer par le parc Inokashira (井の頭公園) qui est au nord du musée. Il paraît que ce quartier est celui où il fait le plus bon vivre à Tokyo. Il y a un restaurant français à l’entrée du parc. Je le traverse d’une traite sous la pluie, pas grand chose à voir 🙁 il vaut mieux venir au printemps ou en plein automne ici pour profiter de la nature.

Musée Ghibli

Une peluche énorme de Totoro est présente à la réception pour accueillir les gens dans ce lieu ouvert en 2001. Le musée Ghibli (三鷹の森ジブリ美術館) ouvre à 10h mais il y a déjà une file d’attente. Beaucoup de couples et de parents et leurs enfants : je me sens revenir en enfance. Quelqu’un sonne la cloche, c’est l’heure de rentrer ! Tous les gens présents tiennent leur réservation à la main. Oui, il faut réserver plusieurs semaines à l’avance pour pouvoir visiter. C’est dû au succès du studio Ghibli et de leurs œuvres qui ont ici autant de réputation que Disney. L’influence de ce dernier n’est d’ailleurs pas à écarter. Je suis donc la file et après avoir reçu un passe droit pour une projection de court métrage je m’avance dans le hall. Le musée s’étend sur trois étages en comptant le rez-de-chaussée. Je fais la rencontre d’un couple de japonais intrigué par mon t-shirt Hard Rock Café. On parle un peu de Megadeath, Arch Enemy, Ozzy… avant de s’échanger nos mails. Keep metal! 🙂 Je rentre dans la première salle à droite qui présente la création d’un film d’animation. Il y a des références à certaines grandes œuvres du studio mais tout au long du musée l’accent est plutôt mis sur les influences et les courts métrages.

Je monte ensuite au premier étage voir les expositions. L’une est dédiée au studio en lui-même et à ses créateurs. Il y a plein de bibelots, statues, affiches, livres… qui illustrent l’étendue de l’imagination des créateurs. Je découvre le métier d’animateur au travers de son atelier. Des planches sont exposées. Il est possible de lire des storyboards dont celui de l’avant-dernier long métrage du studio : Ponyo sur la falaise. Bien sûr, il s’agit là de copies mais qui permettent de se rendre compte du travail de fourmi qu’il y a derrière. Pour aller dans la salle à l’opposé, il faut traverser le hall qui s’étend en hauteur sur les trois étages sans plancher. Dans celle-ci, c’est l’exposition spéciale qui semble être consacrée à des courts métrages du studio. Ces œuvres m’étaient totalement inconnues jusque là. Il s’agit de courts métrages réalisés spécialement pour le musée à intervalles réguliers.

Mamorigami

Au dernier étage se trouve une salle de jeux pour les enfants autour d’un chat bus (猫バス) géant. Il y a aussi la boutique du musée où plein de produits sont vendus dont la bande originale du dernier long métrage du studio Arrietty et le petit monde des Chapardeurs. Ce film est déjà sorti cet été au Japon et sera sur les écrans en janvier dans l’hexagone. La musique du film a été créé de toutes parts par la harpiste bretonne Cécile Corbel. L’ambiance de cette bande son est très celtique. Les produits sont plutôt chers et se trouvent facilement sur la toile. Je retourne dans la salle du chat bus où il y a un passage vers le toit. Le dieu protecteur du musée s’y trouve perché. C’est le robot gardien du ciel dans Le château dans le ciel (天空の城ラピュタ). Il est inspiré d’une machine que l’on retrouve dans le film d’animation français Le roi et l’oiseau.
Je redescends dans le hall près duquel se situe le cinéma Saturne. Des projections ont lieu tous les quarts d’heure. J’ai la chance de voir un court métrage inédit de Ghibli où il est question de combats de sumo entre souris. Après une visite haute en couleurs et ludique je vais boire un coup et manger un truc au Straw Hat Café. Je remarque une bière inconnue et la commande. C’est une kaze no tani beer (風の谷ビール) de production locale. Une blonde classique en 33cL (5°) plutôt légère dont le goût fruité me rappelle la Goudale et la mousse généreuse la Duvel 🙂 Elle confirme ce que je pensais sur la légèreté des bières japonaises. J’allais oublier… le nom est inspiré du manga de Hayao Miyazaki publié au début des années 80 puis adapté en film d’animation en 1984. L’anecdote c’est que ce film est trop souvent considéré comme appartenant au studio Ghibli mais il lui est bel et bien antérieur.

Kaze no tani beer

Après ce petit break, il est temps de revenir sur Tokyo, toujours sous un temps menaçant. Je vais passer la suite de la journée dans différents quartiers proches les uns des autres. Ces quartiers voisins sont situés dans l’arrondissement de Shibuya (渋谷区) et de Minato (港区). Ils sont également proches du quartier où se situe l’ambassade de France au Japon à Hiroo, un quartier calme où habitent pas mal de français. Petite parenthèse, il y a 22000 étrangers à Tokyo venant de 128 pays. Les français sont surtout présents à Hiroo, Iidabashi ou Kagurazaka.

Croisement de Shibuya

Statue de Hachiko

Première étape, le quartier de Shibuya, un quartier très animé que fréquente plus la génération Y. En sortant de la gare, je suis pris par les images que diffusent les écrans géants sur les buildings. Je n’ai pas de rendez-vous aujourd’hui mais je veux quand même voir la fameuse statue de Hachiko (ハチ公の銅像) qui est un point de rendez-vous mythique au Japon. C’est la statue d’un chien qui appartenait à un professeur d’université et lui était très fidèle dans les années 20. Pas mal de monde s’attroupe donc autour de la statue, pas évident de se frayer un chemin. Je m’avance vers le croisement le plus célèbre au monde où les gens se croisent dans six directions. Les piétons semblent équipés d’un système de détection des collisions. En l’occurrence c’est une marrée de parapluies transparents à 500 yens qui déambule vers les magasins géants du coin. Parmi eux, le fameux 109 qui abrite une centaine de magasins de vêtements, de mode et autres produits. Je préfère aller au Bic Camera, un magasin d’électronique, pour racheter une carte SD tellement je prends de photos ! Au sous-sol de ce magasin, il y a une salle d’arcade avec plein de jeux innovants comme un jeu de course hippique où les joueurs jouent sur un écran tactile et les chevaux bougent sur un plateau devant eux. Je ne fais pas long feu à Shibuya. Il y a pas mal de magasins et la Dogenzaka (道玄坂) une pente célèbre pour ses discothèques et love hotels. Je pense que le temps et l’heure n’étaient pas adaptées pour venir ici. Il fait trop gris pour prendre de belles photos. La nuit aurait été peut-être plus sympa aussi 🙁

Musée de la bière Yebisu

Je prends maintenant la direction d’une station voisine, Ebisu (恵比寿), facilement accessible par la ligne Yamanote ou la ligne Hibiya. Il faut emprunter un escalator plat et long de plusieurs centaines de mètres pour atteindre le Yebisu Garden Palace. La prononciation est volontairement archaïque. Ce projet de développement a été construit près de l’ancienne brasserie Yebisu qui est ma prochaine destination. En effet, à l’endroit de l’ancienne brasserie il existe le musée de la bière Yebisu.
L’intérieur est très classe et Ebisu, l’une des sept divinités du bonheur, accueille le visiteur. Je descends à gauche par la galerie qui retrace l’histoire de la brasserie et rejoins discrètement une visite guidée en japonais sans tout comprendre. Une fois la galerie passée, je tente de suivre le groupe vers un banquet où il est possible de goûter les trois types de bières mais la dame qui fait la visite me demande gentillement d’aller chercher un ticket spécial. Il y a quand même un salon de dégustation au fond à droite où on peut commander une des bières. Je commande la bière ambrée puis ressors sous l’arche géant où des représentants de la Sapporo beer animent un événement. Le siège social de cette autre marque de bière est proche. Décidément la journée est très houblonnesque 🙂
Non loin de là se tient le château restaurant de Joël Robuchon, le grand chef français. Les japonais s’y rendent apparemment non pas pour la haute qualité de la cuisine mais simplement pour être garanti de goûter à de la cuisine française authentique. Bien sûr je n’y suis pas rentré… Le bâtiment ressemble au château Moulinsart dans Tintin, qui est lui même inspiré du château de Cheverny dans la Loire. Accablé par la pluie qui gâche un peu la journée, je m’abrite un peu avant de repartir de plus belle.

Château de Moulinsart à Tokyo

Roppongi Hills

Je continue mon chemin vers un quartier réputé pour être peuplé par beaucoup d’étrangers expatriés. J’en croiserai certes mais pas autant que je ne le pensais. Ma seule étape ici est le fameux Roppongi Hills (六本木ヒルズ). Cette réputation d’avoir une forte concentration d’étrangers est due à la présence des soldats américains dans ce quartier après la seconde guerre mondiale. De nombreuses entreprises étrangères sont basées ici dont Yahoo! Japan et Google Japan dont je verrai la pancarte au bas de la tour. La seule chose intéressante hormis la vie nocturne ici est l’observatoire de Roppongi Hills. Il y a de nombreuses boutiques de luxe, un peu comme à Ginza, et je ne me sens pas trop à mon aise tellement c’est extravagant… Je ne trouve pas l’observatoire et de toute façon avec ce temps je risque de ne pas voir bien loin. Cette pluie aura vraiment gâché la journée. Tant pis, il y a des endroits où je retournerai pour mieux profiter.

Tokyo Tower

Vue depuis la tour de Tokyo

L’étape suivante est assez proche également. Plutôt à l’est de Roppongi, il y a la Tokyo Tower (東京タワー) qui a été construite en 1958. Bien qu’elle mesure 332 mètres (soit 8 de plus que la Tour Eiffel), je ne la distingue pas d’un barreau aujourd’hui… Elle a été conçue avec pour modèle la Tour Eiffel, sauf que ces teintes sont plutôt orange et blanches. Je prends donc le métro vers la station la plus proche pour éviter la pluie au maximum. La tour de Tokyo sert surtout à relayer les ondes de 9 télévisions et 5 radios. La belle vue sur Tokyo est très moyenne tellement c’est brumeux et sombre. Il y a aussi un observatoire spécial un peu plus haut mais vu le temps qu’il fait j’oublie rapidement. Je ne profite pas non plus du temple Zojo-ji (増上寺) qui se situe près de la tour car ce n’était pas au programme.

Pour finir cette journée pluvieuse mais sympathique malgré tout, je rate une amie à la gare de Tokyo qui repartait dans le nord du Japon. J’ai oublié à l’hôtel le bout de papier sur lequel était expliqué le lieu de rendez-vous. Du coup je demande à un policier du koban du coin qui m’explique qu’il suffit d’emprunter un ascenseur pour y arriver. N’étant pas sûr que ce lieu soit le bon et voyant l’heure tourner, j’appelle Satsuki pour qu’on aille boire un coup. Le pire dans cette histoire c’est que je me trouvais au bon endroit ! La soirée est bouclée autour d’un thé bien chaud et d’un plat de soba qui est, je le crois, l’un de mes plats japonais préférés ! Merci à Satsuki qui m’a offert très généreusement deux paires de baguettes laquées. La journée se finit donc sur une bonne note. 🙂

Vous pouvez consulter les photos de cette journée. Les photos des autres journées sont également disponibles. Elles apportent un supplément visuel à chaque article. Chacune est localisée et comporte une légende. N’hésitez donc pas à y laisser vos commentaires ou questions !

18 thoughts on “9 octobre : Totoro sous la pluie”

  1. Ohayo François Dono !
    Olalala Je veux trop aller au studio Ghibli !!!
    En tous cas je suis d’un bon oeil tes aventures au Japon ! Un jour il va falloir que j’y aille et pourquoi pas avec toi.
    Il y a plein de noms qui refont à certains personnages de manga comme Ebisu sensei cf Naruto ^_^ v
    Franchement je prends beaucoup de plaisirs à lire ton voyage !

    1. Salut Sempai ! Merci pour ton commentaire 🙂
      Pourquoi pas pour le Japon, il faut préparer ça minutieusement ça prend du temps et pas que du temps !
      En effet, Ebisu apparaît pas mal dans la culture populaire japonaise 🙂
      Le prochain article arrivera mardi ou mercredi, c’est sur la dernière journée à Tokyo enfin l’avant dernière 🙂

  2. J’attendais avec impatience la suite de ton récit!

    Le Musée Ghibli était au programme d’ALJ mais nous ne l’avons pas fait
    Par contre Shubuya était un incontournable pour ma fille… il fallait y passer tous les jours xD et nous sommes même restées un looong moment au Starbucks à regarder cette marée humaine … et disciplinée….

    Ebisu était au programme … chacune ayant quelque chose de spécial à y voir.. pour moi le fameux restaurant Rebuchon, quant à ma fille – en mode drama fan girl – voir la sculpture d’une « scène culte » 🙂 de Hana Yori Dango .. 1er rendez-vous sous la pluie de Makino et Domyoji… Je ris mais… ma fille m’a fait découvert les dramas et il y en a des sympas !!!

    La visite de la Tokyo Tower a été sympa. J’espère -suspens – que tu y es retourné par temps clair??? J’ai été d’abord en admiration devant la classe des hôtesses qui t’accompagnent en ascenseur, ravissantes dans leur joli tailleur et avec leur petit chapeau….

    Temps gris aussi pour nous, mais ce qui nous a fait le plus rire, c’est qu’il y avait beaucoup d’écoliers en visite, et nous avons été « interviewées » je ne sais combien de fois pour leur devoir d’anglais 🙂 avec bien sûr photo avec le fameux signe V sans lequel ils ne savent pas prendre de photos… Trop mimi… Ca a du t’arriver aussi car que ce soit à Tokyo ou Kyoto , je ne compte plus les fois!!

    C’est sympa pour toi d’avoir des amis sur place avec qui partager son repas!!
    Encore une belle journée..
    Je suis une incroyable bavarde, pardon 🙁
    Merci pour tes récits si agréables à lire que tes photos illustrent parfaitement!

    1. Je tâche d’écrire chaque article à une fréquence correcte. Par contre, je trouve que le dernier est moins bon autant sur la forme que sur le fond. J’ai oublié pas mal de détails comme les hôtesses qui donnent des informations sur la tour 🙁

      Ah j’ai raté la statue de cette scène là (je connais). Je ne m’en souvenais pas, ça se situe où exactement dans Ebisu ?

      Non malheureusement je ne suis allé qu’une seule fois en haut de chaque immeuble : Mairie de Tokyo à Shinjuku, Roppongi Hills, Tokyo Tower et Sunshine 60 à Ikebukuro (seule fois de jour… voir prochain article :)).

      Pour les écoliers c’est vrai qu’il y en avait beaucoup partout en voyages de classe ! C’était fun mais comme j’étais seul en voyage je pense qu’une mère et sa fille font moins peur qu’un grand étranger aux yeux bleus 😀
      J’en parlerai en tant voulu mais j’ai eu droit à l’interview à Kyoto le premier jour, mais pas que ça… surprise !

      Merci pour ton commentaire encore une fois c’est sympa pour animer le débat 🙂

  3. Il y a tant de choses à raconter, tu as raison d’en faire un blog, on oublie si vite. Ca te fera de bien beaux souvenirs à feuilleter… et c’est sympa de partager avec des personnes ayant la même passion (oui, oui, pour moi le mot n’est pas exagéré 🙂 )

    Alors la scuplture (pas folichonne) d’HYD se trouve juste avant l’arche menant au resto de Rebuchon… Si tu ne le sais pas, elle passe complètement inaperçue 🙂
    http://i23.photobucket.com/albums/b377/inagryff/Ebisu08.jpg

    Ma fille m’a fait faire comme ça quelques balades au rythme des dramas et d’émissions télé tournéees pas ses chers Johnny’s …. eeeh là aussi elle m’a convertie aux boys-band japonais 🙂

    1. Je suis passé à côté ! C’est juste en face du passage qui mène jusqu’à la gare. ça ne m’a pas marqué même si j’ai vu ce drama et d’autres aussi.
      En fait, je n’ai pas trop fait attention aux références à la culture populaire (mangas, dramas…). Vous avez vu quoi d’autre en référence à des dramas ?

  4. D’autres lieux…. A Odaiba sur la grande allée bordée de lampadaires avant le Fuji TV il y a eu une scène de Nobuta wo Produce où Yamapi surveille Nobuta qui a RDV avec un garçon 🙂

    Si nous étions allées à Yokohama elle avait prévu de voir plusieurs endroits de Tatta hitotsu no koi (je ne sais pas si tu connais, c’est plutôt un drama pour filles 😉 sur le port et avec la grande roue illuminée …

    Sinon elle m’a aussi fait aller au lieu de tournage d’un épisode de ses chéris les KAT TUN qui avaient chaque semaine une émission sympa, le Cartoon KAT TUN et nous voila dans un restaurant d’okonomiyaki à Shimokitazawa où avait été enregistré un épisode où ils faisaient eux-mêmes des okonomiyaki fantaisistes… On est fan ou on l’est pas xD

  5. Coucou !
    J’ai toujours plaisir à lire ton blog. Au Yebisu Garden Palace, on peut voir des film français, donc, je y vais souvent, mais je ne vais pas encore au musée de la bière Yebisu. Je voudrais y aller ! et puis merci beaucoup ton message ! ^^

  6. L’année dernière j’y ai vu une affiche de Faubourg 36 de et avec Gérard Jugnot
    C’était amusant de voir cette affiche en japonais:)
    Je l’ai d’ailleurs prise en photo !

    1. Pas de problème pour l’image ! C’est marrant de voir des films français et leurs titres traduits 🙂
      Ici, ça donne « 幸せはシャンソニア劇場から » soit shiawase shansonia gekijou kara ou « Le bonheur est au théâtre Chansonia » ce qui change pas mal avec le titre original hein ^^
      Il y a pas mal d’offres en contrat VIE au Japon et j’en ai vu pas mal dans des banques… j’aimerais bien y aller 6 à 12 mois mais je n’ai pas encore de réponses…

  7. Halala le studio ghibli ça fait rever !!!! j’irai un jour meme si je deviens c** de jatte avec une myopie !!!!

    Tu as eu raison de faire ce voyage et je te tire mon chapeau car tu t’es débrouillé tout seul comme un grand !! bravo françois 😉

  8. C’est vrai qu’il pleuvait à torrents ce jour-là. Pour ma part, j’ai visité le matin le musée d’Ueno, puis l »après midi le Tokyo Dôme et ses environs. Je n’ai jamais vu de telle pluie en France. J’ai acheté un des fameux parapluies à 2 euros, mais il a vite rendu l’âme. ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Important ! Pour commenter ou vous enregistrer, vous devez résoudre ce calcul simple.

10 [plus] 12 ?
Veuillez laisser ces deux champs tel quel :