Bilan général du voyage au Japon

Il y a un peu plus de dix mois jour pour jour j’arrivais tout juste au Japon pour un voyage de trois semaines comme certains d’entre vous le savent déjà. J’ai mis du temps à retranscrire sur ce blog chaque journée puis un bilan de chaque aspect du voyage. Aujourd’hui je voudrais revenir sur ces points, puis présenter quels ont été les tops et les flops du voyage, les lieux que je voudrais visiter à nouveau et ceux où j’aimerais aller les prochaines fois. En bref, faire un bilan personnel sur ce que m’a apporté ce voyage au Japon.

Drapeau du Japon

Un bilan, des bilans : différents aspects

Cet article ne reviendra pas sur ce qui a déjà été dit dans de précédents articles à propos de points importants à prendre en compte pour préparer un voyage au Japon : les lieux, les transports, la nourriture et les logements.

  • Où je suis allé et plus précisément les préfectures japonaises que j’ai traversées. J’aborde également dans cet article quelques itinéraires dans des parties du Japon que j’aimerais visiter lors de futurs voyages. C’est possible de préparer son voyage au Japon avec Google Maps tout en découvrant les lieux.
  • Emprunter les moyens de locomotion japonais fût une véritable partie de plaisir trois semaines durant : autant dans les terres, que sur les mers ou dans les airs.
  • Comme tout voyage j’ai pu goûter une nourriture japonaise variée qui change des classiques sushis et autres yakitoris plein de sauce. J’ai eu la chance de boire différents thés presque tous les jours.
  • Enfin, comment parler d’un voyage sans évoquer les endroits où le voyageur se repose. J’ai testé différents types de logements au Japon, occidentaux comme japonais, même si il en reste certains que j’aimerais essayer à l’avenir comme le love hotel ou le capsule hotel !

Ce voyage au Japon c’est aussi…

  • 2342 photos prises avec l’appareil photo numérique Nikon Coolpix L22
  • 139 vidéos prises avec le caméscope numérique HD de poche Kodak Zi8
  • 21 jours et 20 nuits
  • 16 préfectures visitées ou traversées sur un total de 47 soit un tiers, toutes sur la même île : Honshu (本州) , la plus grande des quatre îles principales
  • 12 moyens de transports empruntés : l’avion, le train, le shinkansen, le bus, le rétrobus, le bateau-mouche, le ferry, le bateau pirate, le taxi, le téléphérique, le funiculaire et la marche
  • 11 cartes de visites reçues et un peu plus échangées
  • 11 nationalités croisées : française, belge, néerlandaise, allemande, canadienne, suisse, slovaque, américaine, indienne, russe et bien sûr japonaise, mais pas de chinois et coréens
  • 5 kgs perdus au retour en France et repris avec les fêtes de fin d’année
  • 4 amis rencontrés dont certains plusieurs fois, mais 2 amis ratés
  • 2 guides de voyage : Guide Vert Japon de Michelin et Japon de Lonely Planet

Ces statistiques proviennent de la page à propos de ce blog.

Le mont Fuji, masqué par les nuages...

Quelques flops…

Commençons par ce qui fâche. Et oui parce que le Japon n’est pas ce pays tout beau tout rose si souvent idéalisé. Il y a aussi des endroits ou choses à éviter au Japon qui ne pourraient pas plaire forcément à tous les fans de manga et d’animation tout le monde !

  • Faute d’informations sur les lieux de rendez-vous j’ai raté deux amis à deux moments différents, à deux endroits différents dans Tokyo. Dommage ! 🙁
  • J’ai passé trois jours autour du mont Fuji sans le voir. Malheureusement le mauvais temps ne m’a pas permis de le voir ou juste à peine. Ce fût nuageux pendant trois jours. Même constat pour l’île de Miyajima où il faisait gris. Je suis donc passé à côté du spectacle que proposent ces deux lieux…
  • Apparemment je devais être mal informé mais je n’ai pas pu profiter de la superbe façade du Tôshogû qui était en pleine rénovation en arrivant à Nikkô… ça fait bizarre de tomber nez à nez avec une forêt d’échafaudages dans un tel lieu !
  • Je suis aussi passé à côté du cimetière des étrangers à Yokohama alors qu’il était en travaux.
  • Je suis aussi très déçu de ne pas avoir pris assez de photos de nourriture. Je devais avoir trop faim et puis parfois je me suis dit que ce serait mal vu de prendre ce qu’on me servait à tout va…
  • Une drôle d’odeur dans Tokyo mêlée de pollution, de poisson, de mer et de nourriture. Avez-vous senti ces choses nauséabondes ?
  • Ce n’est pas vraiment un flop mais le contraste entre la ville (ou plutôt Tokyo, mégalopole) et les coins plus campagnards m’a assez étourdi. C’est surtout la différence entre les deux niveaux de vie qui m’a interpellé… à méditer !

…mais surtout des coups de cœur !

Mes journées coup de ♥ ! sont explicitement marquées comme telles aux débuts des articles qui racontent le voyage quand elles étaient effectivement marquantes pour moi.

  • C’était la première fois que je prenais l’avion (aller et retour), pour aller aussi loin, seul et autant de temps.
  • Trois semaines à voir un petit bout de Japon, surtout des lieux plus ou moins touristiques et découvrir le Japon d’un point de vue de touriste. C’était clairement mon souhait ! J’ai enfin pu aller à Tokyo, la mégalopole plus peuplée du monde et finalement pas si effrayante ».
  • Une journée touchante à Hiroshima marquée par le bombardement atomique il y a 66 ans, événement qui a marqué l’histoire.
  • Le beau temps était au rendez-vous ! Voire trop beau temps pendant trois semaines à l’exception de deux ou trois journées pluvieuses qui avaient aussi leur charme ! Enfin Shibuya sous la pluie c’était moyen, il faut que j’y retourne la nuit.
  • J’ai pu rencontrer des amis japonais et parler japonais dans différentes situations avec d’autres personnes au hasard des rencontres (dans la rue, dans le bus, à l’hôtel, dans le taxi, dans les gares…) !
  • Prendre le train et les autres moyens de transport japonais ! J’ai adoré circuler dans Tokyo en métro et surtout écouter les petits bruits caractéristiques : jingles, fermetures de porte, annonces des employés de gare shashô (車掌)…
  • Plein d’autres choses : manger dans un kaitenzushi, chanter au karaoke, voir un match de foot, boire l’apéro à l’izakaya, boire du thé vert, me sentir en sécurité et bien dans ma peau…

Le Ginkaku-ji à Kyoto est plus beau que le pavillon d'or pour la plupart des Japonais

Partager mon expérience à travers ce blog

L’idée de la création de ce blog remonte bien avant mon départ au Japon. En fait, j’y pensais pendant la préparation du voyage. Je me disais que ce serait intéressant de livrer mes impressions à ceux qui veulent partir et puis d’échanger sur les lieux visités et certains aspects du pays. C’était aussi l’occasion pour moi de coucher sur papier un super voyage et inscrire mes souvenirs quelque part. J’ai maintenant fini de raconter mon voyage. Le fil rouge du blog a évolué depuis le début de l’année. J’évoque maintenant d’autres sujets que le voyage au Japon tout en restant toujours bien sûr dans une ligne éditoriale nippone. En tous cas, merci à vous toutes et vous tous de me lire !

Maintenant place aux statistiques du blog ! Au total 30 articles ont été publiés en rapport avec le voyage dont celui-ci et les quatre autres plus détaillés. 241 commentaires ont été postés sur la totalité de ces articles soit environ 59 % du total des commentaires.

Les dix articles les plus commentés (au 6 août 2011) sont :

  1. Bilan du voyage au Japon – Nourriture et boisson (25 commentaires)
  2. 9 octobre : Totoro sous la pluie (18)
  3. Bilan du voyage au Japon – Moyens de locomotion (17)
  4. 10 octobre : Un chat porte-bonheur (15)
  5. Un voyage au Japon de trois semaines (14)
  6. 16 octobre : Se jeter à l’eau (12)
  7. 5 octobre : Arrivée à Tokyo (11)
  8. 8 octobre : Sur les traces du Grand Bouddha (11)
  9. 11 octobre : Vers la campagne japonaise (10)
  10. 4 octobre : Départ au Japon (10)

Les dix articles les plus lus (au 6 août 2011) sont :

  1. 6 octobre : De la Sumida à l’izakaya (226 consultations uniques)
  2. Des temples zen de Kyoto, restons zen ! (224)
  3. Bilan du voyage au Japon – Nourriture et boisson (195)
  4. 4 octobre : Départ au Japon (188)
  5. Une nuit chez les moines de Koyasan (180)
  6. Hiroshima mon amour (177)
  7. Un voyage au Japon de trois semaines (174)
  8. 9 octobre : Totoro sous la pluie (163)
  9. 10 octobre : Un chat porte-bonheur (162)
  10. 5 octobre : Arrivée à Tokyo (147)

À noter qu’aucun article concernant le voyage n’apparaît dans les dix articles/pages les plus lus de ce blog ! Vous pouvez lire ou relire ces articles en consultant la catégorie Voyage Octobre 2010 du blog. Les galeries photos de chaque journée sont également consultables sur Picasa.

Et vous, quel article vous a le plus plu ?

Quelques cartes postales envoyées

Un voyage inoubliable. Vivement le prochain !

En définitive ce voyage est une réussite pour moi même si il a été très coûteux… Je n’étais pas parti en vacances depuis belle lurette. Trois ans après m’être intéressé à nouveau en profondeur au Japon, à sa culture et à sa langue, j’ai pu partir trois semaines dans ce pays pour me faire enfin ma propre opinion, de touriste bien sûr. J’ai particulièrement aimé préparer le voyage. C’est une phase passionnante de recherche. Heureusement que l’agence de voyages s’est chargée pour moi des réservations d’avion et des logements. La prochaine fois je pense tout préparer seul même si cela prendra beaucoup plus de temps !

Le voyage a duré trois semaines et finalement j’ai comme l’impression que ce n’était pas de simples vacances. Pas des vacances au sens « je fais dix heures d’avion pour me poser sur la terrasse d’un hôtel et rôtir au soleil » 😉 Non. Bon je vais ressortir le discours classique mais ce voyage m’a réellement apporté beaucoup sur différents plans. D’abord culturel puisque c’était la vocation première de ce voyage que de découvrir des lieux touristiques du Japon pour affûter mes connaissances du pays. Qui dit culturel dit sociétal. J’ai pu observer le Japon pendant trois semaines, certes en tant que touriste mais pour une première approche je pense qu’il n’y a pas trop d’autre choix. J’ai pu constater combien le Japon est un pays organisé où chaque chose fait comme partie d’un processus à respecter. Le pays n’est pas le pays si avancé technologiquement qu’on veut bien nous faire croire… C’est juste que la France n’a pas cette culture du groupe. J’ai eu comme l’impression que si l’individu respecte un certain nombre de règles et qu’il se sent respecté alors l’harmonie du groupe est préservée.

Sur le plan humain aussi puisque j’ai pu rencontrer des amis sur place. J’ai également pu échanger avec des personnes au hasard des rencontres, dans différentes situations, dans différents endroits : pour demander ma route à un passant, à un policier, m’enregistrer à l’hôtel, à l’aéroport, pour prendre le taxi, pour obtenir des informations dans les gares, pour acheter des souvenirs ou de la nourriture et parfois dans les lieux touristiques dans des situations de hasard (pour prendre des photos par exemple). Mon constat est simple : les japonais-e-s paraissent froids au premier abord mais peuvent devenir très chaleureux et serviables dès qu’une conversation s’engage. Cela est sûrement encore plus vrai si l’étranger parle japonais. C’est aussi un prétexte pour engager une conversation que de parler la langue !

Enfin je pense avoir progressé également sur le plan « professionnel » même si ce que je vais dire n’affecte pas directement mon travail. Je suis parti seul trois semaines avec pour seul bagage le japonais pour me débrouiller, trouver mon chemin et résoudre mes éventuels problèmes. Cela m’a permis d’améliorer mon japonais à l’oral comme à l’écrit puisque même si il y a des indications en anglais un peu partout, ce n’est pas forcément le cas dans des endroits un peu reculés. Comme je le disais plus haut, ce voyage m’a également poussé à ouvrir ce blog. À travers celui-ci je peux améliorer mon expression écrite mais également mes compétences en référencement naturel. Avant mon voyage j’étais complètement étranger au monde des blogs. C’était une nouvelle expérience pour moi et maintenant j’adore cela !

Shinjuku Sanchôme

Vous savez maintenant tout sur mon voyage et d’autres articles plus précis sur des choses que j’ai pu faire ou des lieux que j’ai pu voir suivront peut-être. Pour la suite je vais continuer de partager mes connaissances sur le pays jusqu’au prochain voyage ! Oui car comme son nom l’indique le blog est censé décrire mes activités au Japon. J’ai déjà prévu de repartir au Japon sûrement au printemps 2012. Une fois la date arrêtée je vous en informerai 🙂 Je pensais également partir travailler au Japon à la fin de l’année mais les opportunités sont finalement assez peu nombreuses surtout pour un étranger qui n’habite pas sur place. Et c’est sans compter les événements de mars qui ont fait fuir pas mal de cerveaux étrangers du pays… J’ai donc signé un CDI dans une SS2I en juillet. Le Japon en tant qu’expatrié ne sera donc pas pour cette année 😉 !

Suite à cette conclusion il est normal de se demander où partir les prochaines fois. La partie qui se chargeait de proposer ces ouvertures était ici à l’origine mais j’ai trouvé plus logique de la déplacer dans un article à part entière.

30 réflexions au sujet de « Bilan général du voyage au Japon »

  1. Très beau bilan 🙂 Je suis admirative de son exhaustivité. Jamais je n’aurai le courage de faire le mien de la sorte.

    Tu as fait un sacré paquet de kilomètres ! C’est intéressant de te lire car notre approche du voyage est radicalement différente. Moi, je suis restée un mois sur Tôkyô et j’ai vraiment l’impression que j’ai encore beaucoup de choses à y découvrir, même si j’ai surtout envie de voir la campagne japonaise. J’aime prendre mon temps. Rien qu’à lire ton parcours, cela me donne le tournis…

    Merci de partager ainsi ton expérience avec passion !

    1. Bonsoir Marianne et merci pour ton commentaire 🙂 !

      En fait j’aime être complet dans ce que je fais. Je tenais vraiment à voir beaucoup de choses, mais comme tu vois il me reste encore beaucoup à voir ! Je te rassure même si j’ai fais beaucoup de kilomètres en transports et à pied, j’ai pris le temps à chaque fois de visiter ou faire ce que j’avais à faire. La prochaine fois je pense tout de même me « poser » un peu plus (genre une guesthouse à Tokyo une semaine). La dernière partie de l’article (« quid de la prochaine fois ») sera régulièrement mise à jour pour le prochain voyage 🙂

    1. Bonsoir David, merci pour ton commentaire ! En fait ce n’est pas vraiment un oubli. C’est juste que j’ai peur d’écrire des bêtises. Je m’en remets un peu à toi ! Si j’y vais au prochain qui vient je ne suis pas sûr de pouvoir y passer plus de 2 3 nuits. J’irais bien à Takamatsu, Seto et Naoshima au hasard. Pourquoi pas Ogijima 😀 ? Que me conseilles-tu pour 2 jours par exemple ?

      1. Je te conseille plus de trois jours. 😉

        Sérieusement, je vais essayer de ne pas faire ma tirade habituelle, mais en général quand on va au Japon, Shikoku est oubliée, ou alors on y passe deux jours histoire de. Le fait est que Shikoku mérite bien plus que deux jours.
        Déjà, je ne suis « spécialiste » (le suis-je?) que de Kagawa, il y a trois autres Préfectures sur Shikoku que je ne connais que peu ou pas et qui ont beaucoup à offrir elles aussi.

        Ensuite, Kagawa, je dirais que trois jours c’est le strict minimum en se dépêchant.
        Jour1: Takamatsu (Ritsurin, Yashima) et Ogijima.
        Jour2: Zentsuji, Konpirasan et Marugame
        Jour3: Naoshima et Teshima
        Jour4: Shodoshima… Oups, j’avais dit 3 jours… 🙂

        1. Je n’attendais pas une autre réponse de toi je crois pour ce qui est de promouvoir Shikoku ! C’est vrai que Shikoku mérite à elle seule un voyage ou au moins une bonne semaine… ce que je ne pourrai sûrement pas prévoir pour le prochain ayant déjà prévu une bonne semaine à Kyûshû sans aucun doute ! Merci pour ton conseil !

          1. Personnellement, ma philosophie quand je voyage (n’importe où) c’est de ne pas essayer de tout voir, on ne fait qu’effleurer la surface au final.
            Par exemple si dans un prochain voyage tu prévois une semaine à Kyushu, et bien tu en passes aussi une dans le Chugoku et une sur Shikoku et c’est tout, tu n’essaies pas d’allet aussi dans le Kansai, et je ne parle même pas du reste du pays.
            Ou à l’opposé si tu vas à Hokkaido et dans le Tohoku, hors de question d’aller aussi dans l’ouest.
            Enfin, c’est mon avis.

            1. Je te rejoins sur ta conception du voyage David. Perso je déteste les emplois du temps super cadrés avec milles choses à faire. Je préfère laisser un peu de place aux imprévus, aux surprises et au envies du moment.
              Et puis, dans le voyage, c’est aussi le chemin qui est important. C’est chouette de s’arrêter en cours de route, de profiter.
              Le trip de Florent Chavouet à Manabeshima me fascine. Je suis d’un naturel contemplatif 🙂

              1. Il faut que je m’achète celui ci, je n’ai que Tokyo Sanpo ! C’est vrai que j’ai fait beaucoup de choses mais je ne me suis pas senti particulièrement pressé… je tenais vraiment à voir tout ce que j’ai vu 🙂 La prochaine fois ce sera sûrement plus « cool » et posé !

          1. LOL
            +1

            (Maintenant tu n’es pas obligé de suivre ma suggestion à la lettre, tu peux aussi t’aventurer ailleurs selon tes préférences 😉 )

        2. Moi je rêve de passer un mois rien qu’à Shikoku. En plus j’aimerais vraiment faire le pèlerinage à pied…
          *rêve*

          (et François, TU FAIS *BIP* AVEC TES MATHS…. >_< chuis une quiche en calcul mental)

          1. Oui c’est bien ce que je disais il faut prévoir un voyage exprès pour Shikoku ! Et pour les maths c’est une sécurité supplémentaire pour éviter les spams 🙂 Mais c’est vrai que ça doit jouer sur le nombre de commentaires au final…

          2. J’essaie de préparer un pèlerinage un vrai.
            J’ai réalisé l’autre jour que j’en aurai peut-être la possibilité en janvier… En janvier… Mouais… En fait non… (hint: la moitié du pèlerinage se passe en montagne).
            Mais la prochaine opportunité risque d’être à la retraite.
            Mouais…

              1. Attention, le départ ne se fait pas au Mont Kōya, mais à Ryōzenji, dans la Préfecture de Tokushima. Kōyasan c’est là où on se rend, une fois le pèlerinage terminé (pas forcément juste après non plus).
                Après la retraite, ça aide parce qu’on a du temps libre, mais on est plus forcément en bonne condition physique (c’est quand même entre 10 et 20 km de marche tous les jours).
                Pour l’argent, mon ami Todd qui l’a fait non pas une mais deux fois (avant d’avoir 30 ans) m’a dit que ça lui avait coûté dans les 2000$ si je me souviens bien (le chiffre me semble un peu gros, je ne dois pas très bien me souvenir), surtout que le logement est pas cher (mais spartiate, la plupart du temps dans les temples), la nourriture non plus (dans la campagne il est habituel d’en donner aux Pèlerins quand on les croise)

                1. Oui je me disais bien que le mont Kôya pouvait être au départ ou à l’arrivée du pèlerinage ! Au delà du temps et du budget il faut aussi vouloir partir 1 mois ou plus au Japon pour ce pèlerinage ! Dans mon cas ce n’est pas à l’ordre du jour pour l’instant 😀

  2. Bonjour

    Très bon article mais je l’ai déjà dit sur un réseaux social !

    Quelques regrets :
    Nous n’avons pas pu faire tout ce qu’on voulait avec nos enfants : bars, restaurants trop différents, quartiers la nuit, le marché au poisson, furent exclus.
    Mais d’un autre côté, le contact fut beaucoup plus facile avec des enfants.
    Pour briser la glace avec les Japonais ça aide !

    Pour me bilan personnel :

    * Transport : facile ! Hyperdia + JapanRailPass + efficacité + indications multiples + gens serviables = c’est une joie de voyager au Japon.
    Surtout que nos grosses valises voyagaient par Takkiubin !

    * Restaurant : Nous avons très bien mangé et pour pas char

    * Temps : Magnifique temps très chaud et très humide !
    2 jours de pluies (typhon)

    * Visites : magnifiques car peu de touristes. J’ai pu visiter le temple d’or en plein après midi avec seulement 20 autres personnes

    * Général : tout le monde était vraiment très gentil (cela doit faire un choc à un Japonais de venir en Europe). Pas facile de briser la glace cependant.

    * Budget : A 4 personnes cela coûte cher.
    Paradoxalement voayager à 4 augmente l’intérêt des minshuku ou Ryokan !
    En effet 2 chambres d’hôtel ou une seule en minshuku …
    Il faut prévoir un sérieux budget souvenir (visiter donc le musée Ghibli avec 3 autres fans en plus de moi même)
    Il faut aussi prévoir aussi un bon budget distributeur de bouteilles d’eau si vous voyagez en été

    1. Bonjour Christophe, merci pour ton commentaire !

      Tes enfants devraient garder au moins un bon souvenir du Japon, non ? Ils en ont pensé quoi ? C’est vrai que si tu ne parles pas la langue, les enfants doivent être un bon « compromis » pour briser les frontières 😀

      Le takkyûbin (宅急便) est génial comme système n’est-ce pas ! Pas trop cher, rapide et surtout très pratique.

      Tu supportes bien la chaleur ? Je n’aurais jamais osé partir en juillet au Japon et je n’oserai pas pour une prochaine fois ! Fin août, début septembre à la limite mais le taux d’humidité est vraiment repoussant.

      J’ai cru voir ton panorama du pavillon d’or sur Google+ ! Malheureusement ce lieu est souvent plein de touristes et à part le pavillon lui-même il n’y a pas grand chose à voir 🙁

      C’est vrai qu’en France on ne se sent pas si bien accueilli (même dans ch’Nord par chez nous ;-)).

      Tiens quand tu me parlais des deux lieux de la vallée de Kiso c’était deux minshuku où vous avez logé à deux moments différents ?

      Je suis entièrement d’accord pour le budget souvenirs/eau : autant ne pas se priver parce que le Japon c’est loin et puis la déshydratation en voyage c’est pas terrible… même en octobre c’est nécessaire si il fait lourd !

      1. Bonjour

        Oui les enfants ont adoré le Japon !
        Ils ont adoré Ghibli, les boutiques de figurines, les parcs, les zoos et aquariums et en général tout ce qui était très différent de la Suisse (comme les grattes ciels)
        Mais ce sont surtout les minshukus/ryokans qui leur ont plu !

        On supporte bien la chaleur.
        Cette chaleur humide c’est un peu l’Asie pour moi !
        (je suis allé trois fois en Indonésie en Juillet, Aout ou Septembre).
        Alors sortir de l’aéroport et recevoir cette baffe de chaleur c’est un peu le signal : « ça y est on est en vacances loin de la maison profitons en ! »
        On est parti plusieurs autres fois avec les enfants sous les tropiques (même quand ils etaient jeunes)
        Ce qui compte c’est de bien rester hydraté.

        Oui sur mon profil G+ c’est notre photo du Pavillon d’Or,
        On l’a visité en plein après-midi : il y avait à tout casser 20 personnes (idem pour le Ryōan-ji) !
        Moi qui adore Yukio Mishima cela m’a fait plaisir !

        Pour la vallée de Kiso nous ne sommes resté qu’à Tsumago mais il parait que la ballade Magome – Tsumago est très bien.
        Je ne pouvais pas faire cette ballade de 5 km.

        Ce qui m’a manqué c’est d’avoir une conversation courante en Japonais.
        Le restaurant, l’hôtel, les transports en Japonais et savoir se présenter c’est bien mais je ne sais pas aller beaucoup plus loin …

  3. J’ai oublié le plus important :
    Parler Japonais n’est pas obligatoire mais c’est nécessaire !
    La prochaine fois j’aurais un bien meilleur niveau !

    1. Je ne suis pas d’accord sur ce point : parler japonais ne me paraît même nécessaire que quand on sort des sentiers battus (ie : de Tokyo et de Kyoto et des principales visites) mais tant qu’on parle anglais, on peut s’en sortir. Si l’on ne parle que français alors oui, il est difficile de profiter beaucoup. Le Japon n’est pas le pays si difficile d’accès que l’on croit en tous cas. Pour ma part, je n’ai que quelques heures de japonais derrière moi et, à part pour trouver le parc Toei, je n’ai quasiment pas eu besoin du japonais. :o)

      1. Le gros avantage quand on baragouine le japonais et qu’on fait vraiment un effort c’est que son interlocuteur ose parler en anglais. J’ai remarquer qu’à Tokyo beaucoup de japonais parlent un anglais correct – si on comprend les déformations de prononciations – mais qu’ils n’osent pas s’exprimer.

        Dans les musées j’ai réussi à avoir des guides bénévoles qui m’ont donnés plein d’explications en anglais après avoir posé des questions dans un japonais plus qu’approximatif ^_^.

        Après y’a toujours les p’tits vieux des boutiques dans la shitamachi qui entreprennent de raconter leur vie en keigo… Là, c’est éprouvant.

  4. La partie « Quid des prochaines fois » a été déplacée dans un article à part entière pour mieux séparer les sujets (le lien est en bas de l’article) !

  5. A la lecture de ton billet les émotions que j’ai ressenti lors de mon premier voyage au Japon (conditions assez similaires à toi) me sont revenues comme un boomerang !!

    J’ai presque eu l’impression de me lire tellement la similitude (de ressenti) est importante !

    Bref, merci pour ce moment intense composés de souvenirs et du plaisir de lire la joie qui transparait dans tes mots 🙂

    1. Merci Fabien pour ton commentaire ! C’est pas évident de retranscrire ses émotions à l’écrit surtout plusieurs mois après 🙂 Tu as eu plus ou moins les mêmes tops et flops que moi ?

  6. Pas exactement, mais c’est normal, chaque voyage est différent !

    J’ai surtout trouvé que 4 semaines c’était beaucoup trop court… même si en soit c’est déjà génial !

    J’ai essayé de me poser longuement (2x15j) en rayonnant ensuite autour de mon point d’ancrage, de manière à avoir l’impression de « vivre » au Japon et de me faire des séries de WE..

    Les 15 premiers jours j’ai été hébergé par un couple formidable dans un patelin pas loin de Kyoto. Les 15 derniers à Tokyo chez un ami français. Dans les deux cas j’ai adoré construire des petites habitudes du quotidien :)))

    Du coup je n’ai pas beaucoup voyagé, et c’était une de mes déception que j’ai essayé de combler l’année dernière. Mais là aussi j’aurais aimé avoir 6 mois devant moi 😉

    Le gros coup de coeur ça a été les japonais, leur accueil et leur générosité ! L’échange humain a été absolument fantastique (les 2x) !!!

    1. Oui c’est assez frustrant de ne pouvoir effleurer le Japon que 3 4 semaines en tant que touriste… Difficile de goûter à la vie quotidienne « réelle ».

      Tu as bien fait d’y aller en te « posant » puis en visitant vraiment la fois d’après. Je pense y aller en me posant plus, en prenant plus le temps de « vivre » la prochaine fois. J’aurais tant aimé y aller pour travailler mais j’ai signé déjà quelque part le mois dernier en France.

      Comment tu y es pris pour trouver une famille pour t’héberger à Kyoto ?
      Les japonais paraissent froids au premier abord mais ce gros cliché tombe vite quand tu t’aperçois du contraire en parlant avec tes amis ou même des inconnus 🙂

  7. Bonjour,
    Je voulais toujours visiter le Japon depuis mon enfance, mais j’ai hésité à chaque fois à cause de la distance, le coût, la langue … etc. Mais en lisant cet article je me suis rendue compte à quel point ça peut être amusant et bénéfique de découvrir la culture et le mode de vie de ce nouveau monde.
    ça me rappelle un peu mes premiers jours en France, et j’ai envie de revivre la même expérience une autre fois.
    Merci pour avoir partager ces moments avec nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Important ! Pour commenter ou vous enregistrer, vous devez résoudre ce calcul simple.

14 [plus] 7 ?
Veuillez laisser ces deux champs tel quel :