Le Mont Fuji sur Street View

À l’occasion de mon centième article je trouve censé d’évoquer l’un des lieux souvent décrit comme l’un des symboles du Japon à l’intérieur comme à l’extérieur de ses terres. J’en profite pour en revenir à l’écriture après plusieurs mois sans inspiration et un peu de phobie de la page blanche. En réalité, je suis parti, comme certain-e-s d’entre vous le savent, au Japon une deuxième fois pendant presque un mois en mai. Les albums photos sont en train d’être mis en ligne et les articles arriveront bientôt.

Le mont Fuji vu depuis le shinkansen entre Nagoya et Tokyo Shinagawa le 24 mai 2013 lors de mon deuxième voyage
Le mont Fuji vu depuis le shinkansen entre Nagoya et Tokyo Shinagawa le 24 mai 2013 lors de mon deuxième voyage.

Le mont Fuji (富士山 – Fujisan) a été inscrit au patrimoine mondial de l’humanité le 22 juin par l’UNESCO sous le titre « Fujisan, lieu sacré et source d’inspiration artistique« . Le site était candidat depuis 2007 et le projet datait des années 90. Le mont Fuji a été inscrit au patrimoine mondial naturel avec certaines parties géographiquement proches de celui-ci. Voici la description qui est écrite sur le site officiel de l’UNESCO :

La beauté de ce volcan solitaire, souvent couronné de neige, s’élevant au-dessus de villages, de la mer et de lacs bordés d’arbres, a inspiré artistes et poètes. Il s’agit d’un lieu de pèlerinage depuis des siècles. Le Mont Fuji (3 776 mètres) figure dans l’art japonais dès le 9e siècle mais sa représentation au 19e siècle via les estampes sur bois en a fait un symbole du Japon et a eu une profonde influence sur l’art occidental de l’époque. Le site inscrit comprend 25 biens qui reflètent l’esprit de ce paysage sacré. Au 12e siècle, le Mont Fuji est devenu un centre de formation du bouddhisme ascétique (fusion du bouddhisme et du shintoïsme). Ont été inscrits des chemins de pèlerinage et des sanctuaires du cratère, situés dans les 1 500 mètres supérieurs du volcan, mais aussi des sites répartis au pied du volcan, notamment les sanctuaires Sengenjinja, les auberges traditionnelles Oshi et des formations volcaniques traditionnelles telles que les arbres moulés dans la lave, les lacs, les sources et les chutes d’eau.

L’ascension de ce mont n’est permise que l’été les mois de juillet et août. En cette période, très humide et souvent déconseillée à celles et ceux qui supportent mal la chaleur, de nombreux touristes Japonais-e-s et étrangèr-e-s escaladent chaque jour et chaque nuit le mont, notamment pour observer le coucher de soleil depuis le sommet. Je pense prévoir de le faire un jour également, plutôt de nuit si la canicule n’est pas de mise ! Lors de mes deux voyages au Japon en octobre 2010 et en mai 2013 j’ai pu observer le mont Fuji. Lors du premier voyage il faisait toujours brumeux et j’estime toujours avoir presque perdu mon temps pendant plusieurs jours à Hakone et autour du lac Kawaguchi-ko, tous deux connus pour être deux lieux conseillés d’observation du mont. Cette année en mai j’ai aperçu parfaitement le mont Fuji lors de mon trajet en shinkansen entre Nagoya et Tokyo pour entamer la troisième semaine du voyage (voir photo ci-dessus).

Pour finir je voudrais vous proposer de découvrir le mont Fuji via Street View. J’ai traduit à cette occasion l’article du blog de Google Japon annonçant cela le 23 juillet :

Ouverture de Street View pour le point culminant du Japon

Le mont Fuji est aujourd’hui disponible sur Google Street View. Le mont Fuji est une montagne aimé comme étant le point culminant du Japon. Il a été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO le 22 juin.

Chez Google nous avons utilisé le « trekker », un équipement en forme de sac à dos, et pendant trois jours avons photographié le mont de la première station de la route Yoshida au sommet. Le programme photo était de capturer le 2 juillet les stations 1 à 5 y compris le chemin Onakamichi. En chemin nous avons dû prendre en compte le mauvais temps et ajuster le programme. Les 11 et 12 juillet nous avons photographié pendant 2 jours de la 5ème station au sommet en plus du tour du cratère et du chemin de descente. La route Yoshida du mont Fuji fait environ 15 kilomètres (7,5 kilomètres de montée, 7,6 kilomètres de descente) et ce Street View du mont Fuji est un panorama qui utilise environ 14000 clichés.

Alors allons vite escalader via Street View !

À partir de la 5ème station, comptez environ une heure. C’est le sommet que l’on aperçoit depuis la 6ème station. Le contraste entre le ciel et l’inclinaison du mont Fuji qui s’étend sous nos yeux est impressionnante.

De la 7ème station à la 8ème station c’est une surface rocheuse que l’on escalade à travers un chemin sans piste.

De la 9ème station au sommet le bruit des pas frottant sur la surface rocheuse résonne dans le ciel.

Nous sommes enfin arrivés. C’est l’entrée du sommet.

C’est le point culminant du mont Fuji : le Kengamine. Nous avons atteint 3776,24 mètres !

Nos avons également pris en photo le tour du sommet du mont Fuji qui s’appelle le O-Hachi-meguri.

Le Street View du mont Fuji est également visible depuis la galerie Street View.

De plus, vous pouvez aussi regarder le making-of de la photographie.

Nous avons reçu un commentaire de la part du gouverneur de la préfecture de Yamanashi, monsieur Yokouchi Shômei, qui a bien voulu collaborer à cette séance photo.

« Le mont Fuji est un lieu touristique dont la côte de popularité est élevée à l’intérieur comme à l’extérieur du pays depuis longtemps. À l’occasion de l’inscription au patrimoine mondial de l’humanité, il est passé de nom et en réalité de trésor du Japon à trésor du monde. Suite à une telle décision et à travers Street View, je souhaite que cette présentation du mont Fuji, de sa forme à son sommet, permette de mieux connaître ce patrimoine mondial qu’est le mont Fuji. J’invite à cette occasion les habitant-e-s des pays du monde entier à visiter Yamanashi, le pays du Fuji. Je crois que cela permette une escalade sans danger grâce à de telles informations qui peuvent être utilisées comme préparation par les personnes qui vont escalader le mont Fuji. » Monsieur Yokouchi Shômei, gouverneur de la préfecture de Yamanashi.

À l’occasion de son inscription au patrimoine mondial de l’humanité, une augmentation du nombre d’alpinistes est attendue. Avant de grimper, inspectez à tout prix une fois Street View pour une escalade sûre.

Nous espérons que le Street View du mont Fuji puisse transmettre aux personnes du monde entier la beauté du mont préféré des Japonais-e-s et les différentes expressions qu’il montre. Profitez bien des plus belles vues du Japon !

2 réflexions au sujet de « Le Mont Fuji sur Street View »

  1. Bonsoir François.

    Très heureuses fêtes de fin d’année.
    Si tu as eu le syndrome de la page blanche… plus de soucis… 🙂
    Tu fais toujours des articles de qualité.
    Au plaisir de te lire.
    Marie

    1. Bonjour Marie,

      Merci pour ton commentaire !
      Il y a un peu de syndrome de la page blanche mais également un manque cruel de temps pour recommencer à écrire de manière régulière.
      Je compte bien reprendre l’écriture notamment pour raconter mon second voyage de mai 2013. J’ai également quelques idées d’articles en complément !

      Excellente journée et bonnes fêtes de fin d’année !

      François

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Important ! Pour commenter ou vous enregistrer, vous devez résoudre ce calcul simple.

10 [plus] 6 ?
Veuillez laisser ces deux champs tel quel :